Si vous réalisez régulièrement des photographies en pause longue avec des expositions prolongées, vous avez déjà dû vous rendre compte qu’en photographiant le ciel, les étoiles apparaissent en mouvement.

Si les étoiles semblent immobiles à première vue, en réalité, elles effectuent un mouvement circulaire. En effet, la Terre tourne sur un axe, ce n’est pas une grande découverte que je vous fait là, et depuis un point fixe on peut immortaliser ce mouvement des étoiles. Ces photographies vont apporter une dimension nouvelle à l’observation des étoiles, grâce aux expositions prolongées. En suivant quelques étapes simples et en réglant les paramètres de votre appareil photo, vous pourrez réaliser de véritables chefs-d’œuvre photographiques, cette technique est connu sous le nom de « photographie circumpolaire ».

Tout d’abord, retenons les prérequis contre la polution lumineuse :
Choisissez un lieu sans trop de pollution lumineuse en consultant la cartographie proposée ici

Pour orienter correctement votre appareil photo, utilisez l’application Sky Map de Google sur votre smartphone (Android et iOS), qui vous indiquera les constellations visibles depuis la position où vous vous situez.

Ensuite passons en revue le matériel nécessaire pour se lancer :

  • Il vous sera recommandé de passer en mode B (ou bulb) mais vous constaterez qu’il est possible d’obtenir de très bons clichés de photographie circumpolaire en peu de temps (environ 30 secondes). Indépendamment du temps pour réaliser la photographie, tenez compte du fait que, pour réaliser des photographies de paysages, un objectif grand angle est toujours conseillé. Et plus il est lumineux (par exemple un 2.8), plus facilement vous trouverez l’exposition parfaite, car vous pourrez sélectionner une valeur d’ISO plus faible.
  • Appareil photo soit avec intervallomètre intégré, soit avec télécommande déclencheur intervallomètre
  • Objectif grand angle
  • Trépied
  • Lampe torche, flashs déportés (option)
  • Stelarium (logiciel d’affichage de constellations et autre gratuit)
  • Starmax (logiciel d’assemblage gratuit pour Windows), Photoshop, Lightroom c’est selon vos préférences.

Se lancer dans la photographie circumpolaire suppose un certain temps de préparation. Sachant que les étoiles circulent, vous allez devoir calculer à partir de combien de temps votre appareil va capturer le mouvement : 30 secondes est un nombre magique. La majorité des photographes qui réalisent ce type de photographie ont l’habitude de faire plusieurs séquences de 30 secondes pour ensuite les unir en post-traitement. Durant ces 30 secondes, vous allez capter un petit mouvement circulaire qui, associé aux autres images que vous allez capturer, vous donnera le résultat que vous espérez.

Il existe des câbles déclencheurs, que l’on appelle intervallomètres grâce auxquels, vous pourrez programmer l’appareil pour qu’il réalise une photographie de forme automatique toutes les 30 secondes. Idéalement vous réaliserez un minimum de 30 photographies, un nombre qui pourra gonfler et aller jusqu’à 100 clichés selon les cas et votre patience bien sûr. Si vous disposez d’un grand nombre de photographies, vous pourrez  jouer avec beaucoup plus de traînées circulaires. Pour certains appareils, il existe une option à l’intérieur du menu qui vous permettra d’utiliser un intervallomètre.

Si vous travaillez avec 30 secondes d’exposition, vous utiliserez des valeurs d’ISO allant de 800 à 1600, voir 3200. Tout dépend de la quantité de lumière présente dans l’environnement que vous allez photographier. Cette pollution lumineuse, mieux vaut pour vous que vous l’évitiez : éloignez-vous des villes et villages, faites attention à la phase de la lune (sans surprise, la pleine lune émet beaucoup de lumière) mais aussi la ligne d’horizon présente dans votre cadre. Dans ce contexte, n’oubliez pas de désactiver la réduction de bruit, une option que votre appareil sélectionnera automatiquement, sinon le processus tardera trop et vous allez perdre 30 secondes supplémentaires sur chaque cliché.

Pour le mise au point, vous allez devoir utiliser la distance hyperfocale pour que les objets de premier plan soient parfaitement mis au point, vous pourrez choisir un arbre, une maison, une partie de château. Si vous possédez une lanterne, utilisez-la pour éclairer cet objet directement et pointez-le également avec la mise au point automatique. Ensuite, laissez votre appareil en mode manuel et ne touchez plus ni l’objectif, ni la mise au point durant la série de photographies.  Si vous avez choisi de ne pas utiliser d’objets au premier plan pour mettre en valeur l’horizon, l’idéal serait alors de faire la mise au point manuelle sur l’infini. Vous pourrez la réaliser en  arrêtant votre objectif sur le petit symbole infini . Dans tous les cas, je vous recommande de réaliser quelques preuves au début pour mettre au point correctement votre sujet et réaliser une bonne composition.

Il existe une règle mathématique pour aider les astrophotographes en herbe que nous sommes à déterminer le temps de pose (la vitesse), c’est la règle de 500 pour les appareils plein format (24×36).

Elle est la suivante : 500 / focale utilisée en mm = temps de pose.

Admettons que vous utilisez un objectif 24 mm, la formule donne alors : 500 / 24 (mm) = 20,8 (secondes). Si vous photographiez les étoiles avec cette combinaison, il ne faudra donc pas dépasser les 20 secondes de pose. Au-delà, les étoiles seront en mouvement, et vous commencerez à obtenir des traits. Avec un 50 mm, le temps de pose autorisé n’est plus que de 10 secondes. Avec un 85 mm, il n’est plus que de 5,8 secondes. Cela fait donc peu de lumière capturée.

Vous avez trouvé le lieu qui convient ? il est temps de mettre en place le matériel puis de

  • Regarder au Nord pour trouver l’étoile polaire
  • Soignez le cadrage
  • Préparer un temps d’exposition de 15 à 30s, avec focale courte, diaphragme ouvert en plein,  ISO à 1000 par exemple. Prévoir 60 à 90 images, voir 120 images pour être sûr.
  • N’oubliez pas la balances des blancs si vous y arrivez.
  • 30 min à quelques heures en fonction de la longueur des filets souhaités.
  • Lightpainting sur 1 cliché si vous en avez envie afin de donner une côté artistique supplémentaires (option)

Vos clichés sont dans la boite, vous avez été patient, il est temps de passer au traitement logiciel.

  1. Traiter les images contre les pixels chauds,
  2. Utilisez votre logiciel d’assemblage les photos de pause longue, comme dans la vidéo suivante, en faisant différents essais sur le nombre d’images sélectionnées pour travailler sur l’intensité lumineuse des trainées.

Voilà les grandes bases pour réaliser des belles photographies de circumpolaire et autres clichés de l’espace.

Montrez moi vos réalisations 😉